Au Bonheur du Jour




Yves Paradis - Instants d'Éternité


!


Expositions
Instants d'Éternité
Yves Paradis


EXPOSITION DU 9 NOVEMBRE 2016 AU 7 JANVIER 2017

Biographie

Yves Paradis est né en Bretagne en 1955 dans une famille d’agriculteurs pauvres. Il découvre la photographie au collège et ne cessera dès lors de photographier son univers. Après des études d’hôtellerie, il travaille dans le secteur du tourisme avant de se faire embaucher dans un hebdomadaire où il s’occupe du laboratoire photo, un travail plus en adéquation avec sa passion.  De fil en aiguille, il devient journaliste et découvre tous les aspects du métier à travers de ce qu’on appelle la locale.

Parallèlement, il continue de photographier. Il s’intéresse d’abord à la « France profonde » des années 7O et 8O, aux fêtes de village, aux fêtes religieuses, aux bals du samedi soir…  Au tournant des années 8O, son intérêt se concentre sur l’univers des garçons.

A partir de 1985, il travaille régulièrement avec le journal Gai Pied et de nombreuses autres publications. Son travail est remarqué par sa singularité. Son confrère, Joseph Caprio, dit de lui qu’il est « le Robert Doisneau des garçons. » Parce que, comme lui, il exprime toujours une grande empathie pour ses modèles qu’il photographie hors studio, à la lumière naturelle, sans artifice aucun et la plupart du temps en noir et blanc. Ce qui donne à ses images un caractère particulièrement authentique même.

« Les photos d’Yves Paradis racontent toujours une histoire… Ce sont des images simples, dans des décors simples qui suscitent souvent un effet d’identification comme avec des chansons ou des paysages qui nous rappellent des souvenirs… », écrit, Didier Lestrade, journaliste fondateur d’ActUp.

Yves Paradis cesse la prise de vue au début des années 9O pour se concentrer sur son métier, la photographie ne lui permettant pas de vivre. Mais il a méticuleusement veillé sur la bonne conservation de ses archives intactes aujourd’hui.

Interview
Rencontre avec Yves Paradis à l’occasion de son exposition à la galerie Au Bonheur du Jour à Paris dirigée par Nicole Canet.

Yves Paradis, votre confrère, Joseph Caprio, dit  de vous que vous êtes « le Robert Doisneau des garçons ».

Je suis très flatté de cette comparaison. Joseph Caprio veut dire par-là que nous avons  un certain nombre de points communs : une même empathie pour les gens que nous avons photographiés, une façon de photographier simplement. C’est à dire sans artifice, à la lumière du jour la plupart du temps, dans un décor naturel, sans maquillage, sans retouche… Et bien sûr en noir et blanc. Ce qui fait que mes images respirent une certaine fraîcheur et paraissent intemporelles. Une impression  que le noir et blanc renforce encore en créant une distance avec la réalité qui est bien sûr en couleur…


D’aucuns estiment cependant que vous êtes complaisant, que vous donnez une image à l’eau de rose du monde des garçons.

J’accepte la critique. C’est vrai que, comme tous les auteurs, je défends un parti pris. C’est ainsi que j’ai toujours cherché à valoriser les garçons qui m‘ont fait confiance en acceptant de poser pour  moi, à prendre ce qu’il y avait de meilleur en eux, à saisir leur vérité du moment... Mes photos de couples sont souvent empreintes de complicité, de tendresse, de sensualité, de désir… Pour autant, je ne crois pas avoir confondu sentiment et sentimentalisme, sensibilité et sensiblerie… Ce qui est sûr, c’est que je déteste l’arrogance, les ego surdimensionnés, le cynisme qui  caractérisent trop souvent les relations humaines… Disons que mes photos illustrent un certain bonheur, un  art de vivre  qui se démarque de l’ostentation mais aussi de toute démarche revendicative ou vindicative.

Vos photos ont entre trente et quarante ans et pourtant  on pourrait croire qu’elles ont été prises hier.

Parce qu’elles touchent au c½ur, à nos aspirations les plus profondes et les plus permanentes...  Il y aura toujours des êtres qui  dégagent du désir,  des garçons qui se prennent par l’épaule, qui rêvent d’amour… et qu’on enviera.  Et puis, comme je dis souvent,  mes photos s’étant toujours tenues en marge de toutes les modes, elles sont indémodables.


Vous avez arrêté la prise de vue au début des années 9O. Pourquoi ?

Il y a plusieurs raisons : la quête perpétuelle de garçons à photographier était épuisante. Et puis la photographie ne me permettait pas de vivre et j’ai donc dû gagner ma vie autrement. Par ailleurs,  l’avènement du numérique a totalement  bouleversé le monde la photographie. Personnellement, je suis resté très attaché à l’argentique, à son côté artisanal, à l’incertitude de la prise de vue qui ne se révèlera qu’au moment du développement du film. Et puis au laboratoire, en fonction de la température et de l’usure de révélateur, de l’exposition et du papier  que vous avez choisis,  vous obtenez  toujours  un résultat différent du précédent. Ce qui fait que chaque tirage est unique. J’aime bien ce côté « cuisine ».

Et maintenant ?

Depuis trente ans, tout a changé : la technique bien sûr mais aussi la société. Il y a une certaine uniformisation du monde dans les façons de penser, de s’habiller, de se comporter… C’est à mes yeux un appauvrissement. Pour autant,  je ne crois pas que la nature humaine change fondamentalement. Ce sont toujours les mêmes ressorts qui nous animent… Je vois toujours autant de beaux garçons  partout qui pourraient être les fils  ou même les petits-fils de ceux que  j’ai photographiés dans les années quatre-vingt. Comment les photographier sans être tenté de refaire ce que j’ai déjà fait ? C’est toute la question que je me pose.

 Communiqué de presse


Vidéo
Version française







English version





Découvrir et acheter des photos de Yves Paradis sur notre site : cliquer ici 



retour haut de page haut de page






Présentation


fond







Toutes les ½uvres présentées sur cette page
sont à vendre

mais la Galerie Au Bonheur du Jour en propose encore bien d'autres sur ce thème ou sur cet auteur.

All the works presented on this page are for sale. The Gallery Au Bonheur du Jour also has many other works available on this subject or by this artist.








©
Tous droits réservés.
Reproduction des photos de ce site interdite sans autorisation écrite préalable de la Galerie Au Bonheur du Jour.
©
All rights reserved.
The reproduction of all photographs on this website is prohibited without the prior written consent of the Gallery Au Bonheur du Jour.



Aubonheur du jour
La Galerie « Au Bonheur du Jour », ouverte en avril 1999, est située au c½ur de Paris près de l’Opéra Garnier, du Palais-Royal et de la Bibliothèque Nationale (site Richelieu).
Elle comporte deux espaces :
- Un espace consacré à la photographie des XIXe et XXe siècles, aux dessins et peintures, ainsi qu’aux expositions thématiques : Maisons closes, Orientalisme, Matelots, Nus masculins (1860-2010) etc.
On trouve en permanence les ½uvres de nombreux artistes, von Gloeden, Vincenzo Galdi, Lehnert et Landrock, Jean Boullet, Soungouroff, Paul Smara, etc.
- Un boudoir réservé au curiosa, objets singuliers anciens, livres et revues rares.

La Galerie « Au  Bonheur du Jour » propose, entre autres, des ½uvres à caractère érotique, réservées à un public adulte.
Entre deux expositions, la galerie est ouverte uniquement sur rendez-vous.
The Gallery « Au Bonheur du Jour » (“Good luck of the day”) is located in central Paris, near the Opéra, the Palais Royal, and the Bibliothèque Nationale (Richelieu site).
The Gallery has two areas :
- The first one is devoted to historic and modern photographs, drawings and paintings and thematic exhibitions, such as the History of Brothels, Orientalism, Sailors, Male Nude 1860-2010, etc.
There is a permanent exhibition of artists such as von Gloeden, Vincenzo Galdi, Lehnert et Landrock, Jean Boullet, Soungouroff, Paul Smara
- A boudoir set apart for curiosa, antique erotic objects, rare books and magazines.
The Gallery includes erotic content for adults only.

Between two exhibitions, the Gallery is open just with appointment.
Au Bonheur du Jour
email
En savoir plus
<
retour page précédente retour haut de page haut de page






Copyright