Curiosa

Objets insolites, objets de curiosité

Il y eut tout au long des siècles une fabrication d’objets, de décors, en matériaux très divers, représentant des scènes érotiques : boîtes, cannes à système où se présente une vue fermée, l’autre s’ouvrant sur des scènes de libertinage voire même de pornographie des temps anciens, où les artistes ne manquaient pas d’audace et de fantaisie, ne signant presque jamais leurs œuvres, car risquant de choquer la bonne morale bourgeoise.
Collections de fouets, de badines, carcans, ceintures de chasteté, menottes, poignées de portes phalliques, heurtoirs, pique-couilles (ce nom était utilisé dans les Maisons closes et servait d’objet de défense pour la maquerelle, il se glissait dans la jarretière ou la ceinture).
Tous ces objets étaient souvent à destination des Maisons closes, sur demande de la maison.
Dans d’autres cas, les commandes pouvaient émaner aussi de particuliers désireux de s’offrir des objets rares, qui évoquent le désir et pourquoi pas pour leur utilisation ou tout simplement objets de vitrine.
Catherine de Russie fut bien en son temps une grande collectionneuse de mobilier érotique des plus spectaculaire et rare, commandes faites chez les meilleurs artisans, tout comme plus tard, le prince de Galles (futur Edouard VII qui demanda à M. Soubrier son fameux siège si particulier et mystérieux quant à son usage, en tout cas, deux femmes s’amusaient avec lui sur cette chaise appelée «chaise de volupté ».
Dans cette page qui est loin d’être exhaustive, d’autres objets sont présentés sur rendez-vous, ainsi que peintures et dessins, en envoyant un email.

Objects and curiosities

For centuries, artisans and artists have produced objets and curiosities of an erotic nature. In a wide variety of materials, we find decorative items, boxes and caskets, special walking sticks with hidden mechanisms, concealing pictures of debauchery and even ancient pornography. The creators of these treasures were not lacking in audacity or fantasy, although they rarely signed their work, for fear of reprobation from the moral bourgeoisie.
Whips, switches and canes, restraining garments, chastity belts, handcuffs, phallic door handles and knockers and pique-couilles (a small stiletto dagger that the madam of a bordello might conceal in her garter or belt).
Many of these objets were designed for or ordered by bordellos and ‘private’ hotels. In some cases, individuals might commission a rare item, something to excite, something to show in a glass case or, why not, to use…
Catherine the Great was a famous collector of erotically-decorated furnishings of the most spectacular and rare kind, and she commissioned works from the best craftsmen of her time. Later, the Prince of Wales, the future Edward VII, was to commission from Monsieur Soubrier a very special love seat, something of a quite mysterious design, but which apparently took the prince’s weight while he made love to more than one lady.
This section is far from exhaustive, and other objets and curiosities may be seen at the gallery, along with paintings and drawings, by appointment.

La sélection présentée ici n’est pas exhaustive. La galerie propose un choix important de photos sur ce thème et régulièrement des nouveautés.
De même, certaines photos présentées ici peuvent ne  plus  être disponibles à la vente, donc n’hésitez pas à nous interroger.

Our selection is not exhaustive. The gallery offers an important choice of photographs on this theme and other novelties regularly.
Some photographs presented here may no longer be available for sale, so do not hesitate to ask us.

email au Bonheur du JourUne de ces œuvres vous intéresse ?   One of these works interests you ?
Vous souhaitez avoir un tarif ?   You wish to have a price ?
Vous souhaitez voir d’autres œuvres de cet auteur ?   You wish to see other works by this author ?
Vous souhaitez venir à la galerie ?   You want to come to the gallery ?